Audio/Comprendre/Multimédias/Pouvoirs spéciaux

27 mars: Vote des pouvoirs spéciaux contre les chômeurs (3)

A 21h01, en séance plénière de la Chambre, ont été voté les pouvoirs spéciaux contre les chômeurs à la demande du gouvernement par 79 oui, 10 non (Ecolo, FDF) et – surprise – 35 abstentions, dont le député Alain Mathot (PS – majorité).

600x 2014-03-27 at 21.01.37 pouvoirs speciaux contre chomeurs panneaux vote

Le président de la Chambre, André Flahaut (PS), a annoncé que le projet allait devant le Sénat à l’issue du vote.

10  votes NON

Ecolo : Almaci Meyrem, Balcaen Ronny, Calvo y Castañer Kristof, De Vriendt Wouter, Genot Zoé, Gilkinet Georges, Lahssaini Fouad, Van Hecke Stefaan
FDF : Clerfayt Bernard, Maingain Olivier

35 abstentions

PS : Mathot Alain
Indépendants : Colen Alexandra,  Louis Laurent,
LDD : Dedecker Jean Marie
NVA : Bracke Siegfried, Coudyser Cathy, Dedecker Peter, Degroote Koenraad, De Meulemeester Ingeborg,  Demol Elsa, De Wit, Sophie, Dumery Daphné, Francken Theo, Grosemans Karolien, Jambon Jan, Luykx Peter, Maertens Bert, Sminate Nadia, Uyttersprot Karel, Vandeput Steven, Van Eetvelde Miranda, Van Esbroeck Jan, Van Moer Reinilde, Van Vaerenbergh Kristien, Weyts Ben, Wouters Veerle
VB : Annemans Gerolf , De Bont Rita, De Man Filip, Goyvaerts Hagen, Logghe Peter, Pas Barbara, Ponthier Annick, Valkeniers Bruno,  Veys Tanguy.

Seul et unique abstentionniste de la majorité : Alain Mathot (PS)

Alain Mathot, bourgmestre de Seraing,  qui est cerné sur sa gauche par le PTB dans sa commune en région liégeoise, a donc entrepris à la fin du vote d’expliquer pourquoi il s’est abstenu de voter pour, vu que c’est un projet de loi du gouvernement. Il a par ailleurs condamné le volet fin de droit des jeunes en allocation d’insertion de la controversée réforme du chômage du gouvernement Di Rupo.

Ecoutez-le (moins d’une minute)

Pour l’heure, le Projet de loi portant des dispositions diverses en matière de sécurité sociale  a été voté et il sonne le glas de tout débat démocratique au Parlement concernant la législation chômage (ce qui n’est pas neuf mais était inconstitutionnel) et il livre pieds et poings liés les chômeurs au diktat du gouvernement, qui n’a d’oreille attentive que pour les lobbies patronaux.

Désormais le chômeur vivra non seulement la précarité mais surtout une insécurité juridique permanente quant à ses droits à la Sécu qui seront revisités à chaque caca nerveux du patronat,  car si ce n’était pas déjà clair, le gouvernement pourra tout à loisir détricoter les droits du chômeur (la fixation des montants de l’allocation, des conditions d’accessibilité au droit au chômage, lui incombe seul désormais)  et lui imposer de nouveaux « devoirs » pour mériter cette aumône ( en partie financée par son salaire brut),  comme – au hasard – de travailler gratuitement, sans salaire !, pour la collectivité (vu les finances déficitaires des communes qui licencient, c’est du pain bénit).

Lire le compte rendu des débats en plénière de la Chambre (rien de croustillant ni de particulièrement éclairant, les positions des parties sont connues cfr. Pouvoirs spéciaux épisode 2) en résumé les partis de la majorité se prennent le chou pour le show (élections obligent), l’opposition ricane ou  voudrait des mesures plus dures contre les chômeurs (à l’exception du FDF et d’Ecolo qui ont votés contre) et n’évoquent pas le fond puant de la loi qui change fondamentalement la donne démocratique sur le chômage.

Alors Alain Mathot, le seul et unique preux chevalier qui défend les chômeurs au PS ? (on est mal-barre, car une affaire ou l’autre finira par nous le prendre ^^)

Corine Barella

NB: contrairement à ce que vous pouvez lire dans la presse sur internet, le FDF a bien voté contre (j’ai vérifié dans les documents parlementaires en ligne) et il ne s’agit pas du tout d’un vote de la réforme du chômage, mais bien d’un vote visant à octroyer rétroactivement la sécurité juridique manquante à la réforme du chômage du gouvernement ainsi qu’à garantir au gouvernement les pleins pouvoirs en matière de fixation des montants d’allocations comme des conditions d’accès au chômage. En clair et sans décodeur, le parlement vient d’abdiquer tout droit de débat et de vote sur le chômage à l’avenir, nous n’élisons pas les membres du gouvernement, donc nous n’avons plus, chômeurs, de représentants dans l’hémicycle …

Lire la saga depuis le début :

Pouvoirs spéciaux épisode 1

Pouvoirs spéciaux épisode 2

 

27 réflexions sur “27 mars: Vote des pouvoirs spéciaux contre les chômeurs (3)

Les commentaires sont fermés.